De la difficulté à prendre la mesure de son influence.

Je suis passée, comme beaucoup avant moi, de petite meuf qui fait ses bails dans son coin à une militante écoutée et considérée comme expérimentée (ce n’est pas particulièrement comme ça que je me vois, mais c’est ce qui ressors des retours que je reçois). J’ai désormais une voix et elle se doit de servir les causes importantes de l’actualité, et d’autant plus parce que le militantisme est l’essence même de mon travail. Pourtant ce n’est pas toujours aussi simple qu’il n’y paraît.

C’est arrivé quand ? Comment ? Difficile à dire exactement et difficile de se rendre compte sur le moment de ce que ça implique. Toujours est il qu’aujourd’hui il y a une pression sur mes épaules malgré moi et si je veux continuer, je me sens obligée de prendre position par rapport à celle-ci. Tout d’abord parce qu’il est important de rappeler que je ne dois absolument rien à personne : concrètement, si mon contenu ne vous convient pas, libre à vous de partir. Évidemment, il ne s’agit pas de dire que je me fiche de décevoir les personnes qui s’intéressent à ce que je fait, c’est loin d’être le cas, mais je dois tout de même remettre les choses en perspective pour bien comprendre que je suis seule derrière mes publications, que ma ligne éditoriale se définit au jour le jour et que mes journées ne sont pas infinis.

J’ai fais des erreurs récemment et je sais pertinemment que ça ne vous échappe pas quand c’est le cas. Je me suis déjà excusée à deux reprises et ne le referais donc pas ici, ce n’est pas le but de cet article. J’en ai beaucoup parlé sur twitter, surtout au début, mais comme je sais que ça a échappé à beaucoup de personnes : j’ai attrapé le covid à mon travail dans un supermarché au début du confinement et s’en est suivi plusieurs mois de fatigues intenses, de difficultés respiratoires, de douleurs dans les membres, d’impression de ne plus être présente dans le réel, etc. Je ne suis pas sorti de tout ça et commence tout juste a aller mieux. Je ne peux plus travailler et suis dans une situation précaire. Autant de raisons, qui bien qu’elles ne permettent pas de tout excuser (et c’est pour ça que cet article sort avec plusieurs semaines de recul et bien après avoir présenter des excuses qui sont toujours sincères et que je ne cherche pas à justifier ici) font que je ne peux pas être impliquée à 100 % dans ce que je fais. Mes capacités de concentration sont considérablement altérées et je ne peux qu’espérer que ça ne soit pas définitif.

Souvent, vous vous attendez à ce que je m’exprime et que je soit attentive à chaque sursaut d’actualité. Ce que je conçois parfaitement mais ce qui n’est pas toujours possible lorsqu’on est un seul individu derrière un compte et que malheureusement des fois on a des problèmes personnels qui nous empêchent de nous consacrer autant et aussi bien qu’on le voudrait à nos réseaux et notre communauté, si je peux me permettre de parler en ces mots sans avoir l’air trop hautaine.

Loin de moi l’idée d’affirmer que ce soit un problème. Au contraire. En temps normal, c’est même plutôt une pression positive et stimulante mais jusqu’à une certaine limite. Lorsque nos capacités (physiques, mentales et tout ce que vous voulez) ne permettent plus de répondre aux attentes qui pèsent sur nos épaules, ça devient un fardeau. Un fardeau très lourd à porter, surtout quand notre sociabilisation passe majoritairement par les réseaux sociaux et qu’il est donc difficile de faire un break et d’assumer de partir quelques temps pour se reposer et proposer à nouveau un contenu plus qualitatif par la suite. C’est difficile de se dire que l’on va se couper du soutien que l’on reçoit au moment où l’on en a le plus besoin. Surtout que comme je ne travaille plus, il faut que je trouve des moyens d’occuper mes journées pour ne pas sombrer totalement dans la dépression.

J’en parle aujourd’hui parce que je suppose que je ne suis pas la seule à être passée par ce genre de questionnements pourtant je n’en vois aucun écho. Ca ne veut évidemment pas dire que des ressources sur la question n’existent pas, simplement que je ne les connais pas et je suis d’ailleurs ouverte à en découvrir si vous en avez sous la main ou si vous avez vous-mêmes des choses à dire.

L’augmentation de ma visibilité a petit à petit, changer ma perception de moi-même. Cette évolution qui n’était pas visible au quotidien mais que je perçois avec le recul m’a permis de grandir et d’évoluer. Peut-être pas suffisamment pour certainEs mais je ne souhaite pas plaire à tout le monde et je sais que le chemin durera toute ma vie. J’ai l’impression d’être enfin passée d’adolescente à femme. Bon à presque 26 ans, probablement qu’il était temps aussi…

Je comprend désormais en les vivant des choses que j’affirmais déjà depuis longtemps mais sans moi-même l’expérimenter. Être écoutée et avoir une certaine audience impliquent des responsabilités. Sur le choix des sujets dont on parle ou non, sur la manière de le faire, etc. Mais pas uniquement. Les éléments précédemment énumérés sont entre mes mains, je les maîtrise et en suis directement responsable. Cependant, ce n’est pas tout : il y a aussi des responsabilités sur lesquelles nous n’avons pas un pouvoir direct. A priori pour l’instant, on ne m’a pas fait de reproches la dessus mais je profite de cet article pour l’évoquer rapidement parce que je pense que nous sommes dans une thématique similaire.

Je suis la première à dire que les influenceureuses ont une part de responsabilité sur leurs communautés. Évidemment, ils ne peuvent pas tout contrôler mais il y a néanmoins des manières d’encourager et de décourager certains comportements qui posent problèmes. J’ai moi même pris au fil du temps certaines décisions qui me permettent de garder un certain contrôle sur ce qu’il se passe sur mon compte. Plusieurs exemples : bloquer systématiquement les personnes malveillantes que je vois, pour me protéger d’abord, mais aussi parce que j’estime qu’ayant un compte qui a une certaine portée je dois faire attention aussi pour les personnes dont je partage les discours. J’ai entre autres pris la décision de ne jamais citer un compte ayant peu de visibilité si ce n’est pas pour lui faire de la pub. Je ne souhaite pas lancer à mon insu une vague de harcèlement, même sur unE ennemiE politique. Je ne vais pas énumérer toutes les règles que je m’impose ici parce que ce n’est pas le sujet principal et surtout que tout ça n’est pas encore totalement au point pour moi non plus malheureusement. J’en ferai un cycle de publication sur twitter et instagram dans un futur proche pour que nous puissions en discuter ensemble mais je voulais tout de même faire une parenthèse pour l’évoquer ici.

Je voudrais ajouter une dernière chose pour finir. C’est très difficile de faire les choses biens, de répondre continuellement aux attentes qu’on les autres envers nous quand on est neuroatypique (autodiag pour l’instant, mais on avance). Je ne comprend pas les relations sociales et pas plus les petites interactions du quotidien, donc comprendre qu’on attend quelque chose de moi si on ne me le dit pas clairement, je ne suis pas capable de comprendre. Il ne faut pas non plus oublier que croire qu’on est tous et toutes capables des mêmes choses et que si machin l’a compris, tu dois pouvoir aussi, c’est foncièrement validiste. Si vous avez un soucis avec ce que je fais, une remarque, n’importe quoi : dites le moi si vous pouvez et avez les cuillères. Clairement, avec des mots simples. Évidemment, je peux potentiellement le prendre mal, évidemment je peux toujours ne pas le prendre en compte et évidemment que vous n’avez pas que ça à foutre que de me tenir par la main. Mais, vous ne pouvez pas projeter vos attentes non explicitées sur les autres sans qu’ielles le sachent et le leurs reprocher après. Comment, alors que je ne sais pas si je peux m’asseoir ou non chez quelqu’un, que je ne sais pas quand je peux parler dans une conversation si bien que s’il y a plus de 3 personnes je me tais, etc ; comment suis je censée comprendre quand je dois prendre position et pas uniquement relayer la parole des concernées ? C’est probablement évident pour la plupart des gens, je suppose, mais pour moi ça ne l’est pas du tout.

J’ai eu l’impression, mais c’est très probablement parce que je suis un peu une drama queen, qu’à partir d’un certain nombre de followers, il fallait soit être irréprochable soit se taire. C’est probablement une position non assumée si elle existe vraiment, et je peux totalement me fourvoyer parce que je sens mon égo attaquée. En tout cas, qu’elle existe ou non, ce qui est certain c’est que je ne serais jamais irréprochable, même avec toute la bonne volonté du monde, et je ne me tairais pas non plus parce que c’est probablement égoïste mais j’ai beaucoup trop besoin de parler.

Je ne fais pas cet article pour chouiner (j’espère sincèrement que ce n’est pas l’impression que je donne…) et je ne cherche pas à ce que l’on cesse de me faire des reproches. Je n’irai pas jusqu’à dire « au contraire », parce que j’ai un peu d’amour propre quand même, mais je sais que c’est nécessaire pour pouvoir donner le meilleur de soi-même. Si j’écris aujourd’hui, et c’est clairement l’article le plus difficile à écrire que j’ai réalisé, c’est pour vous partager ce que je ressens par rapport à tout ça. Pour dire clairement que je ne suis pas parfaite et que je n’ai pas la prétention de l’être, pour dire que j’avance avec vous et grâce à vous : tout ça, tout ce que je produit (que ce soit les threads, les posts, les vidéos, les articles, etc), ce n’est pas que moi, c’est un peu de vous aussi et que seule dans mon studio, je ne serais finalement pas grand-chose. Néanmoins, au-delà de l’entité que vous voyez s’exprimer un peu partout, je suis un être humain, avec des forces certes, mais aussi de nombreuses faiblesses.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s